Bennett: « La prochaine année scolaire sera ‘l’année de l’unité de Jérusalem’ « 

774
Photo by Yonatan Sindel/Flash90

Au milieu de la vague d’attaques terroristes dans la capitale d’Israël, le ministre de l’Education a annoncé un programme soulignant l’importance d’une Jérusalem indivisible et de son patrimoine, 50 ans après la réunification de la ville.

La prochaine année scolaire sera « l’Année de l’unité de Jérusalem », impliquant un programme élargi pour tous les âges, a déclaré le ministre de l’Education Naftali Bennett (Bayit Yehudi) ce lundi.

Le ministère de l’Education envisage de lancer un programme élargi de Jérusalem visant tous les âges. Les écoles intègreront ce contenu au cours de l’année scolaire et notamment lors de dates spéciales, y compris la Journée de Jérusalem, qui commémore la réunification de la ville en 1967.

Le programme, qui marque les 50 ans de l’unification de Jerusalem, traite de l’histoire, du patrimoine et des sites de la ville. « Notre histoire commence à Jérusalem », a déclaré Bennett, « d’où nous tirons notre force, précisément dans les moments difficiles. »

Le programme du ministère intègrera des sujets tirés de programmes existants en histoire, langue, géographie, éducation civique, littérature, études bibliques, et études israéliennes. Il proposera également de nouvelles préparations de cours. En outre, le ministère de l’Education proposera que les écoles développent un modèle pour l’enseignement sur Jérusalem qui répondent à la vision du monde de l’école.

Le programme sera lancé officiellement lors de la Journée de Jérusalem. Le ministère a noté que le programme permettra d’accroître le nombre d’étudiants qui visitent les différents sites de la capitale d’Israël, y compris la vieille ville, la Knesset, la Haute Cour de Justice et des lieux de commémoration.

En outre, le ministère prévoit de presque doubler le nombre d’étudiants participant au projet israélien Odyssey, passant de 12.000 à 21.000 étudiants. Le projet est un voyage de six jours qui commence au lever du soleil sur la tombe de Ben Gourion dans le Néguev et se termine par un week-end à Jérusalem.

Le député Meretz Esawi Frej a largement critiqué le plan de Bennett, affirmant que le ministre était « passé de l’éducation au nationalisme et à la science fiction. Cinquante ans d’occupation n’a pas unifié Jérusalem, mais l’a fragmenté et transformé en un baril de poudre qui explose de nouveau chaque jour ». « Si Bennett veut enseigner Jérusalem », a ajouté le député, « il devrait commencer par l’enseignement de la discrimination institutionnelle contre 40% de ses habitants, ainsi que sur le manque d’infrastructures dans la partie orientale de la ville. Jérusalem n’est pas une ville unifiée, mais plutôt deux mondes complètement différents ».