Des militants anti-israéliens vandalisent les trains de Londres

860

Les autorités affirment que les affiches de la ‘Israël Apartheid Week’ étaient un acte de vandalisme organisé par des militants de BDS, et non pas des publicités autorisées.

Transport for London (TfL), la société qui gère le service de métro de Londres, a déclaré que les publicités anti-israéliennes placardées le long de ses trains seront retirées.

Des dizaines d’affiches – qui salissent l’Etat d’Israël en le qualifiant d' »Etat d’apartheid » – ont été suspendues dans une opération apparemment organisée par des activistes anti-Israël en l’honneur de la «Semaine de l’Apartheid d’Israël», au cours de laquelle les militants ont amplifié leurs campagnes pour attaquer Israël, et ont régulièrement harcelé des étudiants juifs et pro-israéliens.

Les affiches – beaucoup d’entre elles comportant des images graphiques – ont été soigneusement imprimées dans des dimensions adéquates aux espaces publicitaires des trains, comme si elles avaient été affichées comme des publicités normales avec le consentement de la TfL.

Le Président du parti Yesh Atid, Yair Lapid, a déclaré à des militants du parti lors d’une réunion de la faction qu’il avait porté plainte auprès des autorités de Londres a propos de la propagande. Mais dans un communiqué publié lundi, la TfL a déclaré que les « publicités » n’avaient pas été approuvées par eux, et qu’elles constituaient un acte de vandalisme. « Ce ne sont pas des publicités autorisées. C’est de l’affichage illégal et donc un acte de vandalisme que nous prenons très au sérieux », déclare le communiqué. «Notre personnel et les entrepreneurs font tout pour supprimer immédiatement tout ce qu’ils trouvent. »

Des militants pro-israéliens et d’autres passants ont été choqués et ont déchiré la plupart des affiches, selon des militants et des témoins.