Israël – Les tombeaux de rabbins inconnus, datant de 1700 ans, découverts

925
Photo: Mickey Peleg - Autorité des Antiquités d'Israel

Trois anciennes épitaphes tombales écrites en araméen et en grec ont été récemment découvertes en Galilée au nord d’Israël. Les personnes commémorés dans deux des inscriptions sont décrites comme des rabbins, mais leurs noms et identités exactes nécessitent des recherches plus poussées.

Les deux épitaphes se terminent par le mot « shalom » (ce qui signifie «bonjour» ou «paix»). L’inscription grecque mentionne le nom « José », qui à l’époque était un nom très commun chez les Juifs en Israël et dans la diaspora.

Les pierres tombales ont été enterrées dans la partie ouest du cimetière de la communauté juive de Zippori en Basse Galilée, qui était une ville juive importante dans les temps anciens.
L’excavation a été réalisée par des chercheurs de l’Institut Kinneret pour l’archéologie galiléenne à l’université Kinneret et des experts de l’Autorité des Antiquités d’Israël (IAA).

« Une des surprises dans les inscriptions fraîchement découvertes est que l’une des personnes ensevelies est surnommée « Le Tibérien », a déclaré le Dr Motti Aviam de l’université Kinneret. « Il s’agit du deuxième cas d’une personne de Tibériade enterrée dans le cimetière Zippori. Peut-être que les Juifs de partout en Galilée ont choisi d’être enterrés à Zippori en raison des activités importantes de Judah le Prince dans la ville.  »

Judah le Prince, surnommé simplement «Rabbi», a été le rédacteur en chef de la Mishna juive (la première œuvre majeure de la littérature rabbinique) et a vécu à Zippori pendant l’occupation romaine. Zippori fut la première capitale de la région de Galilée à l’époque des Asmonéens, jusqu’à ce que Tibériade soit fondée au cours du premier siècle de notre ère.

La ville était un centre juif animé comme l’indiquent de nombreux objets découverts dans la ville, y compris les bains rituels juifs (mikvé) et 17 épitaphes, principalement en araméen qui était la langue parlée chez les Juifs à l’époque. Certains d’entre eux parlaient et écrivaient également en grec.

« La signification des pierres tombales réside dans le fait qu’ils reflètent la vie quotidienne des Juifs à Zippori ainsi que leur culture il y a 1700 ans, » a déclaré le Dr Aviam. « Une des inscriptions comporte le mot hébreu ‘Leolam’ (qui signifie« pour toujours »), pour la première fois à Zippori, » a-t-il ajouté. « Le mot est connu d’épitaphes écrites dans d’autres endroits, et signifie dans ce contexte que leur lieu de sépulture restera pour toujours, sans que personne ne leur dérobe. »

Les inscriptions seront étudiées plus profondément, et les chercheurs estiment que davantage de recherches conduiront probablement à de nouvelles découvertes. L’IAA et l’université Kinneret ont également affirmé que les pierres tombales seront exposées pour le grand public.