Israël promet 1.18 million de shekel pour l’alyah brésilienne

769
Photo by FLASH90

Les fonds serviront à davantage de cours d’hébreu pour les Juifs brésiliens, dont beaucoup ne parlent que le portugais, ainsi que pour augmenter le nombre de représentants de l’Agence juive dans le pays pour aider à préparer les nouveaux olim.

La Commission de la Knesset pour l’Aliyah et l’intégration a alloué 1.18 million de shekels pour encourager l’immigration des Juifs brésiliens en Israël. Seuls 191 Juifs brésiliens ont immigré en Israël l’an dernier, alors que 750 d’entre eux devraient arriver à la fin de 2016. Les olim brésiliens forment le septième plus grand groupe d’immigrants en Israël.

Le financement servira à une variété de programmes et d’initiatives visant à résoudre des problèmes communs auxquels les Brésiliens sont confrontés après avoir immigré en Israël.

En outre, les fonds serviront à augmenter le nombre de représentants de l’Agence Juive au Brésil pour encourager l’aliyah, offrir des séminaires préparatoires a l’aliyah, et trouver un emploi à temps plein pour les nouveaux immigrants avant leur arrivée en Israël. Aussi, ces fonds serviront a la préparation des futurs étudiants pour les examens psychométriques requis par les universités israéliennes, et l’augmentation du nombre de cours d’hébreu au Brésil.

Le député Likoud Avraham Naguisa, qui préside le comité, a appelé à augmenter le nombre de locuteurs portugais disponibles pour guider les Juifs brésiliens qui font l’aliyah et les aider une fois qu’ils viennent en Israël.

Gladys Berezowsky, directeur de l’organisation Beit Brasil, a mis en évidence le manque de disponibilité des documents traduits en portugais des centres d’immigration. Berezowsky a déclaré que des dizaines de demandes sont reçues tous les jours de personnes qui sont intéressées à faire l’aliyah dont la grande majorité ne parlent que portugais.

Bruna Drazin, qui a émigré en Israël en 2011 du nord du Brésil, a déclaré que si elle parlait déjà l’anglais, de nombreux Brésiliens luttent à leur arrivée en Israël en raison de la barrière de la langue. «Tout peut être difficile. Presque tous les sites Web que vous avez sont en anglais et en hébreu et parfois en espagnol, mais jamais en portugais. Certaines personnes pensent que l’espagnol est pareil, mais ce n’est pas le cas. Il y a beaucoup de gens en provenance du Brésil qui ne peuvent même pas lire l’espagnol », a déclaré Drazin. «Ca peut vraiment être un problème quand vous venez ici parce que vous ne disposez pas d’un soutien ici en portugais, » a-t-elle ajouté.

Un représentant de la Fédération sioniste Oded Foyer a déclaré que près de quinze classes de langue hébraïque seront ouvertes au Brésil et que davantage d’enseignants seront formés. « L’hébreu était un problème pour moi quand je suis arrivé en Israël. Je n’ai jamais pensé a créer plus de classes de langue hébraïque au Brésil, mais ça pourrait être une bonne idée ».

Les efforts visant à encourager l’alyah ne seront pas limités aux grandes villes – Sao Paulo et Rio de Janeiro, mais seront également appliqués dans les zones rurales.