Le chauffeur du bus accidenté n’aurait pas du conduire

1263
The driver of Egged bus nr 402 who was driving the bus from yesterday's lethal car accident killing 6 and seriously wounding several more on Road 1 near Latrun interchange, seen at the Traffic Court in Jerusalem on February 15, 2016. Photo by Miriam Alster/Flash90 *** Local Caption *** ????? ????? ????? ???? 1 ???? ????? ????? ??????? ????? ??????? ?????? ?????? ??? ???? ???? ??? ???????? ?? ?????? ?????1 ??? ???? ??????? ? ???? ???? ???

Le chauffeur du bus accidenté n’aurait pas du conduire

Le chauffeur du bus Egged qui est à l’origine d’un accident ayant coûté la vie à 6 personnes et blessé plus d’une dizaine d’autres le 14 février dernier, n’aurait a priori jamais dû être au volant de ce bus. Selon les premiers résultats de l’enquête dévoilés par le site Arutz 7, il apparait qu’il y a quelques mois il avait déjà été impliqué dans un accident survenu entre Jérusalem et Tel Aviv. Son bus avait percuté un véhicule et la compagnie de bus Egged avait dû verser un dédommagement de 15000 shekels. Un rapport concernant ce chauffeur avait par ailleurs noté qu’il n’était pas un conducteur sûr et que sa conduite présentait un danger. Il avait aussi été impliqué dans un accident pratiquement identique à celui du 14 février, en 2013 sur le même trajet. L’accident avait fait 18 blessés légers. On peut donc se demander pourquoi la compagnie a laissé ce chauffeur continuer à conduire un bus. Pour l’heure, l’enquête se poursuit pour determiner les responsabilités. Le chauffeur a été libéré de prison mais est astreint 21 jours à rester à son domicile. Il a dû verser une caution et remettre son passeport pour être libéré. Son permis de conduire a été révoqué. L’enquête s’intéresse aussi à la boite noire du bus que le chauffeur aurait tenté de trafiquer juste après le crash. Mais ce que l’enquête veut surtout déterminer, c’est le motif qui a poussé la compagnie Egged à garder en poste un tel chauffeur alors que ses « performances » au volant étaient pour le moins douteuses.

Photo: crédit Flash90/ Miriam Alster

 

1-1