« Le Fils de Saül », « Amy et « Spotlight » récompensés aux Oscars

618

Un drame hongrois sur la Shoah, un documentaire sur la rock star juive Amy Winehouse, et un film sur une enquête sur les abus sexuels de l’église, dirigée par le rédacteur en chef d’un journal juif, ont remporté des Oscars.

« Le Fils de Saül », drame hongrois sur la Shoah du réalisateur Laszlo Nemes, a remporté l’Oscar dimanche soir du meilleur film en langue étrangère. « Même dans les heures les plus sombres de l’humanité, il pourrait y avoir une voix en nous qui nous permet de rester humain. Voilà l’espoir de ce film », a déclaré Nemes en acceptant le prix lors de la cérémonie annuelle des Oscars à Los Angeles. « Le Fils de Saül », qui a été en partie financé par la Claims Conference, est le deuxième film sur la Shoah consécutif à gagner dans la catégorie des films étrangers. En 2015, « Ida », sur une jeune religieuse qui apprend que ses parents étaient juifs et ont été tués pendant la Seconde Guerre mondiale, a remporté le prix pour la Pologne.

« Le Fils de Saul » raconte l’histoire de Saul Auslander, un détenu juif forcé d’escorter ses codétenus dans les chambres à gaz et d’aider à se débarrasser de leurs dépouilles. Le rôle titre est joué par Geza Rohrig, un poète juif hongrois qui vit maintenant à New York.

A également été récompensé le documentaire « Amy », un film britannique sur la chanteuse-compositeure-interprète Amy Winehouse, décrit par son frère comme «une petit enfant juive du nord de Londres très talentueuse ».

Michael Sugar a remporté l’Oscar du meilleur film en tant que co-producteur de « Spotlight », l’histoire d’une équipe d’investigation du Boston Globe dirigée par l’éditeur juif Marty Baron qui a exposé des scandales sexuels dans l’Eglise catholique.

Parmi les autres gagnants juifs, Josh Singer (avec Tom McCarthy) pour le meilleur scénario original pour « Spotlight », et le directeur de la photographie Emmanuel Lubezki pour « Le Revenant ». Lubezki remporte ce prix pour la troisième année consécutive.