Les actes antisémites chutent de 22% au Royaume-Uni

576
Photo by Tali Mayer/FLASH90

Le Community Security Trust a annoncé que la baisse des actes antisémites est bienvenue, mais que les 924 incidents antisémites en 2015 sont encore « trop ».

Les incidents antisémites signalés en Grande-Bretagne ont chuté de plus d’un cinquième l’année dernière, a annoncé un groupe de conseil sur la sécurité juive, en notant tout de même que le chiffre reste le troisième plus élevé jamais enregistré.

Le Community Security Trust (CST) a indiqué qu’il y a eu 924 incidents antisémites au cours de 2015, y compris un total de 86 attaques violentes.

Alors que le chiffre global enregistre une baisse de 22% des 1168 incidents en 2014, le directeur général du CST David Delew a affirmé que ce chiffre était encore « trop élevé. » « La communauté juive a le droit d’attendre que l’antisémitisme soit contrecarré partout où il se produit, » a-t-il déclaré dans un communiqué. « Il n’a pas sa place dans notre société. »

La Ministre de l’Intérieur du Royaume-Uni Theresa May a également félicité la diminution des incidents antisémites, mais a souligné qu' »il y a encore trop de cas de ce type de crime de haine. »

Il est à noter que les chiffres de 2014 étaient particulièrement élevés en raison de la hausse des crimes antisémites lors de l’opération Bordure Protectrice a Gaza.

Les Juifs de toute l’Europe sont de plus en plus préoccupés par une forte augmentation des incidents antisémites, notamment depuis les attaques meurtrières de l’an dernier dans un supermarché cacher de Paris et une synagogue à Copenhague.

Une enquête de l’année dernière a révélé qu’un quart des Juifs britanniques ont envisagé de quitter le pays alors que près de la moitié ont exprimé des craintes sur leur avenir à long terme en Grande-Bretagne ou en Europe. Cependant, malgré ces chiffres, l’antisémitisme au Royaume-Uni est loin des niveaux endémiques, contrairement à la France ou la Belgique, et le nombre d’attaques antisémites violentes est encore relativement faible.

Dans son rapport, le CST a affirmé que la plupart des incidents impliquaient l’utilisation de propos racistes, près de 75% de tous les incidents ayant lieu dans ou autour de Londres et Manchester – le foyer de plus grandes communautés juives de Grande-Bretagne.

Le CST a noté qu’il soupçonnait également que de nombreux incidents antisémites isolés n’ont pas été signalés à l’organisation ou à la police.