Shoah – Le dernier survivant de la révolte de Treblinka est décédé

706

Samuel Willenberg, le dernier survivant de la révolte de Treblinka en 1943, est décédé vendredi à l’âge de 93 ans.

Samuel Willenbeg, le dernier survivant du camp d’extermination de Treblinka, est décédé à l’âge de 93 ans. Willenberg laisse derrière lui une épouse, une fille et trois petits-enfants.

Samuel Willenberg est né en Pologne et était le dernier prisonnier survivant de la révolte du camp d’extermination de Treblinka qui a eu lieu en 1943. Il a également été un participant de la révolte dans le ghetto de Varsovie et a reçu les honneurs nationaux les plus élevés de la République de Pologne, y compris: Virtuti Militari, la Croix du mérite Par les Epées, la Croix de la Bravoure, la Croix du soulèvement de Varsovie, la Médaille de l’armée polonaise et l’Ordre du mérite de la République de Pologne, attribué par le président polonais Lech Kaczyński après la guerre.

Sculpteur israélien et peintre originaire de Pologne, Samuel Willenberg a survécu à son ami de longue date et compatriote évadé de Treblinka, Kalman Taigman, qui est décédé en août 2012 à l’âge de 88 ans. La mort de Taigman a fait de Willenberg le dernier survivant de la révolte.

Plus de 800.000 juifs ont été tués dans le camp d’extermination nazi de Treblinka dont la plupart étaient originaires de Pologne et de Grèce. Quelque 2000 gitans ont également trouvé la mort dans ce camp. Willenberg travaillait dans le tri des effets personnels des prisonniers qui arrivaient au camp. Dans ses mémoires, intitulés « Révolte à Treblinka », Willenberg raconte comment il est tombé sur les biens de ses deux sœurs, Tamara et Ita, qui ont été tués dans le camp.

Le 2 Août 1943 Willenberg a participé à la révolte à Treblinka avec environ 200-300 autres prisonniers. La majorité des révolutionnaires ont été abattus par les gardes de la tour qui étaient armés de mitrailleuses. Willenberg a échappé aux clôtures et aux balles des mitrailleuses. Il a été blessé à la jambe lors de sa fuite.

Après son évasion, Samuel Willenberg est retourné à Varsovie, où il a réussi à localiser son père qui se cachait du côté «aryen» de la ville. Il a rejoint la résistance polonaise et après la guerre est resté dans l’armée polonaise jusqu’en 1950, quand le stalinisme était à son paroxysme en Pologne. Il a ensuite immigré avec sa femme et sa mère en Israël.