200 Israéliens protestent en solidarité avec le soldat qui a tiré sur le terroriste à terre

1393
Photo by Tomer Neuberg/Flash90 *

La famille du soldat a tenu une conférence de presse, la soeur du soldat a exhorté le directeur et le porte-parole de Tsahal de ne pas le traduire en cour martiale dans les médias, et déplore le fait que son frère est devenu «un ennemi de l’État» aux yeux de son gouvernement.

Environ 200 Israéliens ont protesté samedi soir en solidarité avec un soldat de Tsahal qui a été arrêté sur des soupçons d’assassinat après avoir tué un terroriste d’ores et déjà neutralisé à Hébron. Une centaine de personnes ont manifesté devant la base de Tsahal de Camp Natan à Be’er Sheva, et environ une centaine d’autres ont manifesté devant la prison Quatre (Confinement base 394) a Tzrifin.

Les manifestants à Be’er Sheva tenaient des pancartes disant «Tuer ou être tué» et «Eisenkot, nous avons besoin d’un chef militaire israélien, pas d’un belge. » Les pancartes à l’extérieur de la Prison Quatre disaient: « On n’abandonne pas un soldat sur le terrain » et « Un terroriste mort vaut mieux qu’un soldat en prison ». Les manifestants ont également brandi des drapeaux israéliens.

Pendant ce temps, la famille du soldat a tenu une conférence de presse à l’extérieur de leur maison. «Je me tiens debout et vous supplie – arrêtez vous un instant. Je supplie le chef d’état-major et le porte-parole de Tsahal. Pourquoi le traduisez-vous en justice dans les médias? Pourquoi le tuez-vous sans procès? », s’exclamait la soeur du soldat en étouffant ses larmes.

La sœur a affirmé que l’armée israélienne n’a pas laissé son frère expliquer ses actions. « Pourquoi ne pas lui donner une minute pour expliquer ce qu’il traversait, ce qu’il ressentait, qu’il craignait que cet odieux terroriste ait l’intention de se faire sauter, ou peut-être de sortir une arme? », demanda-t-elle. «Au cours des deux derniers jours, nous avons entendu les chefs de l’armée s’exprimer, faisant le procès de mon frère dans les médias, alors qu’il ne peut pas se défendre », continua la sœur. « L’ONG B’Tselem a publié une vidéo qui présente une version unilatérale de l’incident, et depuis lors, nous avons entendu les dirigeants le juger, le condamner et tout ce qui reste maintenant est de l’exécuter, sans lui permettre de se défendre ».

Elle a continué à déplorer le fait que son frère était devenu «un ennemi de l’Etat aux yeux de B’Tselem, le chef d’état-major, et le porte-parole de Tsahal », les accusant de « le lyncher en direct à la télévision. Vous êtes chacun, séparément, beaucoup plus forts que lui et ensemble, vous êtes comme un rouleau compresseur qui transforme mon frère en poussière « . La sœur a également déploré le fait que les médias l’ont « durement critiqué et diffamé. »

Elle a exhorté le chef d’état-major de Tsahal, le porte-parole de Tsahal, le ministre de la Défense et le Premier ministre d’arrêter et de se demander «Que penserait un soldat demain s’il voit un terroriste  sur le sol et qu’il craint qu’il ait une ceinture explosive? Aujourd’hui, c’est mon frère, et demain ce sera de nouvelles recrues, qui seront déchirées par ce dilemme « . En demandant de la « compréhension et de la compassion » pour son frère, la sœur l’a décrit comme «un soldat dévoué, un patriote qui aime l’Etat d’Israël, discipliné et courageux. »

Plus tôt samedi, elle a posté sur Facebook: « Mon petit frère a abattu un terroriste qui est venu avec un couteau pour tuer des soldats de Tsahal à Hébron, et tout d’un coup, il est soupçonné d’assassinat. Le système accuse mon frère, soldat, d’assassiner d’un terroriste qui venait pour commettre un assassinat. Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l’absurdité de la chose », écrit-elle. Elle nota également que son frère n’attendait pas d’éloges pour avoir tué le terroriste et souhaite seulement un procès équitable. « C’est comme si le couteau abandonné par le terroriste à Hébron a été utilisé par le système pour poignarder mon petit frère dans le dos », a-t-elle ajouté.

Le chef d’état-major de Tsahal Gadi Eisenkot a été informé des progrès de l’enquête et a salué les soldats qui ont arrêté l’attaque et leur conduite professionnelle. Il a noté que l’armée israélienne menait une lutte déterminée et professionnelle contre le terrorisme et que les résultats de cette lutte peuvent se faire sentir sur le terrain. Il a ajouté que Tsahal soutiendra les soldats et les commandants qui ont commis des erreurs, mais pas quand leur comportement ne sont pas en accord avec les valeurs de l’armée. Ses commentaires ont provoqué l’indignation, et des affiches ont été mis en place à proximité du quartier général militaire Kirya à Tel Aviv le dépeignant comme Haman, et appelant sa démission.

Pendant ce temps, le Premier ministre Binyamin Netanyahu, qui a d’abord déterminé que « ce qui est arrivé à Hébron ne représente pas les valeurs de l’armée israélienne, » a posté un message plus doux sur sa page Facebook officielle samedi soir en soutien a l’armée israélienne. « Les attaques contre Tsahal comme étant une armée immorale exprimées au cours du week-end passé sont scandaleuses et le contraire de la vérité. L’armée israélienne est une armée morale qui n’exécute pas les gens. Les soldats de Tsahal utilisent leur corps pour bloquer les attaques terroristes meurtrières contre des soldats israéliens, et ils méritent tout notre soutien. En ce qui concerne l’incident, je fais confiance en l’armée israélienne pour effectuer une enquête approfondie, responsable et équitable, comme elle le fait toujours. »