75% des Israéliens veulent que les divorces ne dépendent plus du rabbinat

774
Photo by Yonatan Sindel/Flash90

Trois quarts des personnes interrogées dans une enquête sur le divorce en Israël ont déclaré qu’ils soutenaient la procédure de divorce hors du rabbinat, en la soumettant aux tribunaux de famille laïque.

L’enquête sur le divorce qui, sous les lois d’Israël est géré pour les couples juifs par les juges rabbiniques avec l’autorité des magistrats de tribunaux de famille, se base sur les réponses de 500 adultes juifs.

Dirigé par Rafi Smith pour trois groupes de la société civile qui oeuvrent dans le but de mettre fin au mandat du rabbinat sur les problèmes conjugaux, le sondage a également exposé un faible taux d’approbation des tribunaux de la famille laïque, seuls 52% des répondants affirmant qu’ils avaient confiance en ces tribunaux.

Parmi les répondants laïques, le transfert de divorce aux tribunaux séculiers a reçu un taux d’approbation écrasante de 99%, par rapport à un taux de désapprobation de 93% chez les Juifs orthodoxes haredi. Les répondants qui s’identifient comme «traditionalistes» ont donné la perspective d’une cote d’approbation de 73% tandis que les orthodoxes modernes interrogés s’y sont largement opposés, 66% d’entre eux étant contre.

Parmi les arguments en faveur du mouvement, figure le fait que les juges de famille ne sont pas liés aux contraintes des lois religieuses juives qui font qu’il est impossible de dissoudre un mariage sauf si l’homme accepte de le faire. Un refus fait de la femme une agunah – incapable de se marier dans un mariage juif ou de s’inscrire en tant que remariée avec la bureaucratie laïque d’Israël.

Le soutien des femmes pour les divorces laïques était de 79% par rapport à 71% chez les hommes.

« Les Israéliens en ont eu assez des tribunaux rabbiniques qui discriminent les femmes», a déclaré Uri Regev, avocat et rabbin du mouvement de réforme du judaïsme en Israël, et PDG de Hiddush, l’un des groupes qui a commandité le sondage.

L’an dernier, les tribunaux rabbiniques ont puni 47 hommes qui ont refusé de donner le divorce a leurs épouses. Les peines comprenaient la révocation des permis de conduire; le gel des comptes bancaires; l’interdiction de quitter le pays, a affirmé le rabbinat. Ces étapes ont conduit au déchaînement de 180 femmes,selon le rapport annuel du rabbinat.

Le rabbinat a traité 11.114 divorces en 2015, à peu près le même que l’an dernier. Parmi eux, 763 ont eu lieu à Tel Aviv et 728 à Jérusalem.