Allemagne – Un guichetier de banque refuse d’ouvrir un compte à un Israélien

3377

Une guichetière de banque en Allemagne a refusé d’ouvrir un compte a un Israélien, prétendant que la banque ne fait pas affaire avec des personnes d’un pays «sous embargo»; la banque a publié des excuses deux semaines plus tard.

Une guichetière de la banque Sparkasse, l’une des plus grandes banques en Allemagne, a refusé d’ouvrir un compte à un Israélien vivant à Berlin, en lui disant que les détenteurs d’un passeport israélien sont sous embargo.

Suite à une demande d’explications de Ynet, la direction de la banque – après une enquête qui a duré deux semaines – a répondu en disant qu’il s’agissait d’une erreur de l’employé, ajoutant: « Tout ce que nous pouvons faire est présenter des excuses. »

L’Israélien, Yakir Avraham, est allé à la succursale de la banque de la Alexanderplatz de Berlin, et quand il a donné a la guichetière son passeport israélien afin d’ouvrir le compte en banque, cette dernière a pris le passeport et est entrée dans une autre pièce pour le vérifier. Elle revint quelques minutes plus tard et a dit: «Je suis désolé, mais nous ne pouvons pas ouvrir un compte bancaire pour vous ici. Nous ne sommes pas autorisés à ouvrir des comptes aux citoyens des pays sous embargo. »

« J’étais en état de choc au début. C’est arrivé à un point où nous sommes traités comme des lépreux? J’ai pris mon passeport et j’ai quitté la banque », a déclaré Avraham.

Immédiatement après l’incident, le 24 février, quand il a été demandé a la direction de la banque s’il y avait une politique bancaire spécifique au sujet d’Israël, et ce qu’ils entendaient par « un pays sous embargo. » La banque a précisé qu’il n’y avait pas de politique officielle, et que c’était tout simplement une erreur commise par la caissière.

«Il est clair que ce n’est pas notre politique commerciale. Ceci est une erreur malheureuse faite par une jeune collègue qui est encore en formation, et qui ne savait pas comment faire face à la situation. Elle s’excuse profondément pour cette erreur. Nous espère que M. Avraham acceptera notre explication et nos excuses », a indiqué la banque dans un communiqué.