Le soldat de Hebron n’est plus accusé d’assassinat

1027
Photo by POOL

Au cours d’une audience sur la prolongation de la détention du soldat qui, jeudi dernier, a abattu un terroriste arabe blessé, le procureur militaire a annoncé que les accusations de meurtre a son encontre lors d’une audience similaire vendredi dernier ont été abandonnées.

Au lieu de cela le soldat est accusé d’homicide involontaire, et non pas d’assassinat.

L’audience a eu lieu à la cour militaire de Qastina, suite à une demande d’extension similaire mardi, lorsque des centaines de manifestants ont montré à la cour leur soutien au soldat. De nombreux manifestants étaient présents à l’extérieur du tribunal de nouveau ce jeudi.

Au cours de la procédure, le procureur militaire, le lieutenant-colonel Adoram Rigler, a déclaré que la preuve recueillie suggère des «soupçons sérieux», et a donc demandé de prolonger la détention du soldat de sept jours supplémentaires, après des prolongations obtenues préalablement vendredi dernier et à nouveau mardi.

«Il y a eu des développements très importants au cours des deux derniers jours et actuellement le soldat est accusé d’homicide involontaire», a déclaré le procureur.

Lors de l’audience mardi, aucune mention des accusations de meurtre n’a été faite, même si le procureur vendredi dernier a accusé le soldat de meurtre. La demande de prolongation de détention de neuf jours a été rejetée par le juge, qui n’a accepté de la prolonger que de deux jours.

De même, le juge a déclaré que la preuve contre le soldat est «non équivoque» et le procureur Binyamin Malka qui est l’un des deux avocats du soldat a annoncé mercredi que la position du juge lui donnait bon espoir que le procureur allait bientôt accepter l’explication du soldat.

Le soldat a fait valoir qu’il a tiré sur le terroriste – qui quelques minutes plus tôt a poignardé avec un complice un soldat – parce qu’il craignait qu’il ne bouge pour activer une ceinture d’explosifs sous son manteau. Cette version des faits a été justifiée par une commission d’enquête de Magen David Adom (MDA).

salon_bien_etre--FB