Pourim, Haman…Quand les Israéliens donnent des prénoms pas comme les autres a leurs enfants

841
Photo by Gershon Elinson/Flash90

L’Autorité de la population et de l’Immigration a publié son rapport annuel sur les prénoms (parfois spéciaux) des Israéliens. Un bébé a été appelé Pourim tandis qu’un autre s’appelle Haman.

A l’occasion de la fête de Pourim, l’Autorité de la population et de l’Immigration a publié mercredi des statistiques sur les prénoms « anormaux » en Israël. Concernant les prénoms liés à la fête, 91 Israéliens ont été nommés Pourim, une femme a été nommée Vashti et un homme porte le nom de Haman.

Il y a 49.907 femmes en Israël qui s’appellent Esther et 22.797 hommes qui s’appellent Mordechai. D’autres jours fériés sont représentés, ainsi 477 personnes s’appellent Pessah, 123 personnes s’appellent Hanoukka, 43 s’appellent Hachana ou Rosh Hashanah, 7 s’appellent Shvat ou Tou Bichvat, et 4 s’appellent Souccot.

La Loi sur les noms, approuvée par la Knesset en 1956, expose la façon dont les noms et prénoms sont donnés dans l’Etat d’Israël. Les parents communiquent leur décision au ministère de l’Intérieur par l’intermédiaire de l’hôpital peu de temps après la naissance ou plus tard directement. L’article 2 de la loi stipule que toute personne dans le registre d’état civil doit avoir un prénom et un nom de famille. Les noms doubles sont autorisés, de même que le fait d’avoir plus d’un prénom.

Selon Tami Izerzar, la personne en charge de l’enregistrement et des passeports à l’Autorité de la population et de l’Immigration, pendant les fêtes, il y a une augmentation de noms liés à l’esprit des fêtes et a la tradition religieuse. Selon la loi, le ministre de l’Intérieur est autorisé à rejeter un nom qu’il juge probable « d’induire en erreur ou de porter préjudice au public ou à ses sentiments. »

Cependant, les sources de l’Autorité de la population et l’immigration disent que cela arrive rarement. « Il y a des cas rares dans l’histoire de l’Etat d’Israël dans lequel des noms ont été rejetés. Toutefois, il y a eu plus de cas de demandes de changement de nom étant rejetés en raison des dommages au public», a déclaré Izerzar. Elle cita quelques cas, comme « Saddam Hussein » ou encore « Ugly ».

Le ministre de l’Intérieur Aryeh Deri a publié un message qui a déclaré: «A la veille de Pourim, il est encourageant d’apprendre que la tradition juive est enracinée et fermement établie chez l’Israélien et que les noms des héros du livre (d’Esther), Mordechai et Esther, sont si répandus et populaires. Cela montre la forte connexion du peuple d’Israël a son passé « .