Un Arabe Israélien de Nazareth finançait Daech

591

Un citoyen arabe d’Israël a été inculpé pour avoir récolté des fonds pour son frère terroriste de Daech.

Le bureau du procureur de district du Nord a présenté un acte d’accusation dimanche au tribunal de district de Nazareth contre un résident arabe de la ville d’une vingtaine d’années qui a aidé à financer l’État islamique (ISIS).

Mahmoud Fayiz Sa’adi, est notamment accusé de financement illégal du terrorisme. Selon l’acte d’accusation, il a activement contribué à fournir des fonds terroristes à Daech.

Au cours de l’année 2015, à trois moments différents, Sa’adi a fait des transferts de 500 $ à chaque fois à son frère Mustafa, qui a quitté Israël il y a environ deux ans pour rejoindre Daech en Syrie où il est toujours. Les transferts de Sa’adi à son frère ont été effectués alors qu’il était au courant du fait que Mustafa était un terroriste de Daech, et que l’argent lui permettrait de continuer à terroriser et assassiner des civils innocents.

Le résident de Nazareth est également inculpé pour possession illégale d’une mitraillette « Carlo » appartenant à son frère Mustafa qui a laissé son arme. L’arme a été utilisée pour tirer sur un citoyen israélien.

En parallèle le bureau du procureur a demandé de garder Sa’adi en état d’arrestation jusqu’à la fin de la procédure a son encontre.

Sa’adi fait partie du nombre croissant de citoyens arabes d’Israël qui soutiennent ou ont rejoint ISIS. Juste la fin du mois dernier, il a été signalé qu’un résident arabe «normal» du nord – tel que décrit par les habitants qui le connaissaient – a divorcé de sa femme et s’est infiltré en Syrie pour rejoindre Daech. Un sondage en novembre dernier a révélé que 18,2% des citoyens musulmans arabes d’Israël ne considèrent pas Daech comme une organisation terroriste radicale, et qu’ils n’ont pas honte du groupe djihadiste. Ce chiffre est passé à 28,1% parmi les citoyens arabes qui sont partisans du mouvement islamique radical en Israël, financé par le Hamas.

Alors que certains membres du gouvernement israélien ont nié la menace terroriste posée par les Arabes israéliens, les citoyens arabes ont à plusieurs reprises pris part à la vague terroriste actuelle, notamment dans une fusillade mortelle a Tel Aviv le 1er janvier.