Shoah – Des dépouilles de victimes, trouvés dans le Danube, enterrés

557

Des restes humains trouvés en 2011, dont beaucoup appartiendraient a des Juifs fusillés sur les rives du Danube vers la fin de la Seconde Guerre mondiale, ont été enterrés vendredi dans un cimetière juif de Budapest.

Deux coffrets en bois contenant des centaines de fragments d’os ont été enterrés selon les coutumes juives dans une cérémonie en présence du clergé chrétien et des responsables gouvernementaux.

Les restes ont été trouvés lors de la rénovation du pont Margit, qui est situé dans une zone du centre-ville de Budapest, où l’on estime que 3600 Juifs principalement hongrois ont été exécutés par des sbires et alliés des Croix fléchées de la Hongrie, un groupe pro-nazi qui a gouverné la Hongrie pendant quelques mois dès la fin de 1944.

« Aucune série similaire de meurtres n’a eu lieu dans d’autres grandes villes européennes. C’est vraiment unique», a déclaré l’historien Gabor Tabajdi. « Des meurtres de masse avaient lieu tous les jours dans le centre ville. »

L’enterrement de vendredi a eu lieu à la veille du jour commémoratif de la Shoah en Hongrie, qui commémore quand les Juifs ont commencé à être placés dans des ghettos et des camps avant leur déportation vers les camps de la mort nazis. Plus de 420.000 juifs hongrois ont été déportés en moins de 10 semaines et quelques 550.000 juifs hongrois ont péri dans la Shoah.

Andras Heisler, président de la Fédération des communautés juives hongroises, a déclaré que l’enterrement était «le premier et le seul cas en 70 ans » d’os soupçonnés d’appartenir a des victimes hongroises de la Shoah, qui ont été trouvés et enterrés. Des tests ADN ont dévoilé que beaucoup d’os avaient des marqueurs caractéristiques des juifs ashkénazes.

Le Rabbi Chabad Lubavitch Baruch Oberlander a déclaré qu’il n’y avait pas d’objections religieuses à l’enterrement juif, même si on n’était pas complètement certain que tous les restes appartenaient a des Juifs. Selon la loi juive, basée sur un dicton biblique, lorsque l’identité d’une personne à être enterrée est inconnue, elle doit être décidée selon la population majoritaire.
« 85% ou plus des restes humains trouvés dans le Danube de cette époque appartenaient a des Juifs, donc il n’y a aucun doute sur le fait qu’ils doivent obtenir une sépulture juive», a déclaré M. Oberlander, le chef du tribunal rabbinique orthodoxe de Budapest. « Ceci est un premier enterrement, pas une réinhumation, parce qu’ils étaient dans l’eau et l’eau n’est pas considérée comme un lieu de sépulture. »

Oberlander, dont le père a été témoin de certains des meurtres commis par le Danube, a dit qu’il avait été contacté par plusieurs familles dont les parents avaient été abattus dans le Danube en espérant comparer leurs échantillons d’ADN avec les restes.

Au cours de la cérémonie au cimetière juif de la rue Kozma, Heisler a raconté comment son oncle, maintenant âgé de 90 ans et vivant en Israël, a survécu à son exécution sur le Danube quand une balle a rebondi sur son front et une autre est entrée dans son cou, avant d’en sortir sans endommager les organes vitaux. Heisler a décrit cette époque comme «peut-être la plus sombre de l’histoire de la Hongrie. »