Deux bébés nés sur un bateau de réfugiés de la Shoah se rencontrent 76 ans plus tard

939

Un homme né sur un bateau de réfugiés de la Haganah transportant 728 réfugiés juifs fuyant l’occupation nazie des régions d’Europe a enfin rencontré le deuxième bébé né sur le navire 76 ans plus tard.

Yehuda Oestreicher a toujours su qu’il était né il y a 76 ans à bord du Hilda. Sa mère était enceinte quand elle monta à bord du navire, mais a caché son ventre sous un manteau de peur qu’elle ne soit pas autorisée à embarquer si son secret était découvert. Il a fallu des mois avant que le navire soit en mesure de naviguer, et Oestreicher est né trois mois plus tard dans la cabine du capitaine.

Au fil des années, il a entendu de ses parents et d’autres qu’il n’était pas le seul bébé né sur le bateau.

«On m’a dit qu’une fille est née deux semaines avant moi, et ils ont décidé de la nommer Hilda, comme le navire », a déclaré Oestreicher. « Cette petite fille a toujours été un mystère pour moi et j’ai voulu la trouver pendant des années, mais je ne savais pas comment. »

Un article de Israël Hayom publié pour Yom Hashoah de l’an dernier a conduit à des centaines d’appels de personnes demandant a être reconnues en tant que survivants de la Shoah, y compris d’Oestreicher, qui vit dans le moshav israélien central de Herev Le’et, et d’une femme appelée Bracha Ronen, du kibboutz Lahav dans le sud.

«Quand Yehuda est venu à nous et a partagé l’histoire de sa naissance sur le navire Hilda, j’étais sûre que j’avais déjà entendu l’histoire à la première personne», a déclaré l’avocate pour les survivants de l’Holocauste Noa Shine. « Mais je me suis aperçue que c’était en fait parce qu’une femme avait approché l’organisation avec le même questionnement. J’ai de suite compris qu’ils devaient se rencontrer. « 

Cela est finalement arrivé le dimanche. Trois-quarts de siècle après son entrée dans le monde sur le même navire, Yehuda Oestreicher et Bracha Ronen se sont réunis pour la première fois. Ils étaient tous les deux excités et pressés.

«Ma mère transforma la cabine du capitaine dans une salle d’accouchement, puis la mère de Yehuda a continué la tradition», a déclaré Bracha Ronen, en riant. « Le capitaine a fait un certificat de naissance improvisé pour mes parents, où il est écrit que mon prénom est Hilda. Voilà pourquoi Yehuda me connaît [sous ce nom] « .

«Mes parents me disaient qu’un autre bébé était né là-bas, et tout au long de ma vie, je me suis demandé où il était, a maintes reprises », affirme-t-elle.

Oestreicher a ajouté: «Les témoins du navire disent que les conditions étaient terribles. Il y avait une pénurie de denrées alimentaires, des maladies, et chaque personne avait seulement 65 centimètres carrés pour vivre.

« Mais les témoignages que j’ai réussi à rassembler au fil des années racontent le grand bonheur d’avoir deux bébés nés sur le bateau. Bracha et moi-même symbolisions la continuité, malgré les difficultés. Cela a apporté  aux gens de la paix et de l’espoir. Beaucoup de gens étaient très heureux et voulaient aider. Mes parents ont raconté qu’ils nous ont donné des draps pour que nous puissions avoir des couches ».

Tous deux ont promis qu’à partir de maintenant, ils se réuniraient plus souvent… qu’une fois tous les 76 ans.