Lag Ba’Omer: controverse sur la route menant a Meron

788
Serge Attal / flash 90

Serge Attal / flash 90

La célébration traditionnelle de la ‘Hiloula’ a lieu ce mercredi soir au tombeau de Rabbi Shimon Bar Yochai, situé au pied de Har Meron, en l’honneur de Lag Ba’Omer.

Des centaines de milliers de personnes assistent à la célébration: chants, danses et rassemblements autour des traditionnels feux de joie de Lag Ba’Omer. Mais la fête a été quelque peu gâchée par la controverse entre les autorités locales et l’Etat.

Mardi, le procureur d’Etat pour le ministère des Affaires religieuses, Yisrael Pat, a appelé le président de l’événement de la Hiloula, le rabbin Mordechai Halperin, a permettre aux femmes de traverser un pont qui généralement ne conduisent que les hommes à l’événement. La raison: qu’il n’y ait pas de base légale pour la ségrégation entre les sexes.

« Cette route n’est ouverte qu’aux hommes », a déclaré Halperin dans une interview pour Walla! News. « Maintenant, je suis curieux de voir que des femmes veulent y aller. Voilà pourquoi je crois qu’une brigade de chars serait nécessaire pour les protéger [si elles le font]. »

Le «pont de la ségrégation» jusqu’à la tombe a été promulgué il y a environ quatre ans; le Ministère du Tourisme a investi des centaines de milliers de shekels dans la construction du pont afin d’assurer qu’il soit sûr pour un usage public.

Au fil des années, en dépit de la déclaration du ministère des Affaires religieuses selon laquelle le pont sera utilisé par les hommes et les femmes, seuls les hommes ont été effectivement autorisés à traverser le pont, et des signes exigeant une séparation ont été mis en place à son entrée.

L’opposition actuelle a commencé il y a une dizaine de jours, lorsque le Centre de Justice des femmes pour les droits des femmes dans les tribunaux rabbiniques a exigé de savoir sur quelles bases juridiques les femmes ont été interdites de traverser le pont. En réponse, le Procureur a publié une déclaration promettant que le pont « qui est la voie appropriée, la plus pratique et la plus courte, est utilisé par le grand public, et aucune femme n’en sera exclue. »

Il a ajouté qu’il a reçu une garantie de l’administration du Centre national pour le développement des lieux saints, qui est en charge des événements nationaux de Lag Baomer, que le pont est ouvert à tout le monde et que les femmes seraient autorisées a emprunter cette route.

« Il convient de noter clairement que la route est ouverte à toutes les parties intéressées », a-t-il souligné.

Le secteur haredi a soulevé un tollé sur la décision, comme l’a fait le rabbin Halperin, qui a affirmé que la route est un chemin privé non soumis à des lois anti-ségrégation.