Rencontre avec Josh, le seul sauveteur juif qui intervient dans les quartiers arabes de Jérusalem Est.

707

Rencontre avec Josh, le seul sauveteur juif qui intervient dans les quartiers arabes de Jérusalem Est.

Josh Wander est sauveteur dans une unité de secours d’urgence United Hatzalah. Si la structure est réputée pour intégrer des volontaires issus de tous les milieux de la société israélienne, et a quelques 300 volontaires arabes dans ses rangs, Josh est actuellement le seul bénévole juif à intervenir dans le secteur arabe de Jérusalem Est.

Immigrant originaire de Pittsburg (USA) où il fut même candidat républicain à la mairie, il vit désormais en Israël avec sa famille à Ma’ale Zeitim près du Mont des Oliviers, parce qu’il a décidé avec sa femme, Tali que c’était le meilleur endroit pour élever leurs enfants.

De là, il répond aux urgences médicales dans les quartiers environnants puisque le principe d’United Hatzalah est d’intervenir en quelques minutes, les secouristes se déplaçant sur des motos transportant du matériel médical. Il est donc amené à intervenir dans les quartiers arabes.

Au cours d’une interview qu’il a accordée à la Pittsburgh Post Gazette après avoir emménagé dans le quartier, il a déclaré, «Nous vivons dans ce qui pourrait être considéré comme l’un des endroits les plus controversés du pays, mais tout est une question de tolérance. Les gens nous disaient: Vous ne pensez pas qu’il est dangereux de vivre ici? A mon sens ce n’est pas aussi dangereux que d’être un républicain à Pittsburgh ! »

Josh Wander a évoqué ses expériences avec United Hatzalah, et s’est déclaré très reconnaissant envers l’organisation de lui avoir donné l’opportunité de travailler dans ces quartiers.

« Bon nombre des appels sur lesquels j’interviens sont liés à des actes violents, soit à cause du terrorisme, soit à cause de bagarres dans la population locale. Il y a des moments où ma propre sécurité doit passer en priorité, et je ne peux pas aller sur une scène d’urgence dans le cas où ma vie serait menacée. Mais quand je peux aider, je sens que je peux faire une double mission médicalement et culturellement.  »

Étant le seul Juif de son district, Josh aurait pu demander à intervenir dans un autre secteur. Mais travailler avec les volontaires et le public arabes ne lui pose aucun problème : « Nous avons de bons rapports professionnels bien que nous soyons issus de milieux différents. J’ai formé une relation étroite avec les volontaires arabes dans le district. Je pense que notre travail ensemble a un impact très positif. Quant aux habitants des quartiers arabes, ils me traitent avec respect quand j’arrive sur les lieux d’un accident. Je ne dirais pas qu’ils apprécient nécessairement le fait que je sois Juif et que je vive ici, mais ils apprécient le fait que je vienne pour aider à sauver des vies. Je n’ai jamais été attaqué par les gens qui ont appelé à l’aide. Mais j’ai tout de même été attaqué à plusieurs reprises par la population locale en essayant de me rendre sur les lieux d’une urgence ! »

Étonnamment, le fossé culturel n’est pas un gros problème pour Josh Wander quand il répond aux urgences médicales dans l’est de Jérusalem. Le plus gros problème pour lui est l’absence de panneaux de signalisation appropriés dans cette partie de la ville. « C’est le plus grand défi à relever en essayant d’arriver sur les lieux d’une urgence médicale. Jérusalem-Est a un grave manque de panneaux de signalisation et de numérotation des rues. Heureusement, que je dispose de l’application LIFECOMPASS sur mon téléphone qui me montre exactement où se trouve la situation d’urgence. Avec le temps, j’ai appris à connaître les routes et tous les raccourcis pour arriver à des situations d’urgence. C’est important car les ambulances mettent du temps à arriver dans cette partie de la ville car elles ont besoin d’une escorte de sécurité. C’est pour cela que la majorité des gens des quartiers de Jérusalem Est apprécient notre travail.