De Jérusalem au Vel d’Hiv en passant par la Promenade des Anglais

570

Il y a quelques semaines, Tamar Abessira, conseillère du maire de Jérusalem Nir Barkat, chargée des affaires francophones, a représenté la ville de Jérusalem lors de deux commémorations importantes qui ont eu lieu en France.  De la Promenade des Anglais à Nice où l’on rendait hommage aux victimes de l’attentat du 14 juillet 2016,  au Vélodrome d’Hiver à Paris où l’on marquait la rafle des Juifs en juillet 1942, Tamar Abessira a tenu à montrer la solidarité de la ville de Jérusalem envers ces victimes de la barbarie humaine. C’était aussi un honneur pour cette ola hadacha montée en 2008 d’avoir été choisie par Nir Barkat pour représenter la capitale de notre Etat.

Ash : Pourquoi des représentants de la ville de Jérusalem ont-ils été invités à participer aux commémorations de l’attentat de Nice et de la rafle du Vel d’Hiv ?

Tamar Abessira : Au mois de décembre 2015, j’ai organisé, à la mairie de Jérusalem, une rencontre entre messieurs Nir Barkat, Maire de Jérusalem, et Christian Estrosi, Maire de Nice, qui  de plus était, Président de la région PACA (Provence – Alpes – Côte-d’Azur). Lors de cette rencontre, les deux hommes se sont longuement entretenus au sujet de la sécurité des villes et de la lutte contre le terrorisme entre autres, ce qui préoccupe de nombreux maires à travers le monde.

Quelques mois plus tard, comme s’ils avaient eu une discussion prémonitoire, la catastrophe du 14 juillet a ébranlé la communauté internationale, faisant 86 morts et 450 blessés.

Nir Barkat m’a immédiatement demandé de prendre contact avec la cellule de crise de Nice et de proposer notre aide, ainsi que nos équipes spécialisées en matière de situations post-traumatiques.

Malheureusement, je ne pense pas qu’il soit utile de rappeler combien nous sommes compétents en la matière, suite aux nombreux attentats qui ont frappé la ville de Jérusalem.

Ainsi, très touché par nos égards, le Maire de Nice a pensé à nous envoyer une invitation pour être à leurs côtés lors de  la commémoration de ce terrible attentat. Cependant, Nir Barkat avait déjà des engagements à l’étranger et m’a demandé de représenter la Mairie de Jérusalem et de transmettre à tous les habitants de la Riviera Française, ainsi qu’à son Maire, le soutien de Jérusalem ainsi que notre vive émotion.

Il n’était ainsi pas pensable pour la mairie, et encore moins pour moi, que je sois  présente aux cérémonies de Nice le 14 juillet et absente le 16 juillet  à Paris à la date de la commémoration de cet événement bouleversant qu’à été la rafle du Vel d’Hiv.

ASH : Concernant Nice, qu’avez-vous ressenti en voyant cette Promenade des Anglais qui fût, il y a un an, le théâtre d’un attentat dramatique ? Pourquoi avez-vous décidé d’écrire le message « Jérusalem is Nice » avec des pierres ?

IMG-20170717-WA0018

Tamar Abessira : Voyez-vous, Nice a toujours eu pour moi une connotation festive et estivale du fait que pendant de nombreuses années, lorsque j’étais enfant, nous venions en famille, comme de nombreux aoûtiens, profiter de cette douceur de vivre propre à la Côte-d’Azur. J’avoue qu’il m’a été difficile de retrouver ce parfum, cette ambiance qui vous fait revivre des souvenirs lorsque vous revenez sur un lieu connu.C’est un peu comme si ce camion avait tout rasé sur son passage, tout effacé dans sa trajectoire !!!

Lorsque la cérémonie a pris fin, place Masséna, j’ai dû me hâter car j’étais attendue par le journaliste de  I24NEWS pour le direct de 20 heures dans l’émission de Rudy Saada.Apres le direct, je suis allée sur la plage de galets, me suis assise, et, encore sous le coup de l’émotion de tout ce que je venais de vivre, j’ai pris des petits galets et, instinctivement, j’ai voulu laisser un message et j’ai commencé à écrire « JERUSALEM IS NICE » en pensant au message que nous avions écrit à la Mairie de Jérusalem  à l’époque des attentats de Charlie hebdo et de l’Hyper-cacher, «JERUSALEM IS CHARLIE« .

Tout en composant cette phrase ô combien symbolique, j’ai pensé que, si je réussissais à l’écrire avec 86 petits galets, ce serait un hommage vibrant aux 86 victimes. Je l’ai composée en prenant soin d’avoir une pensée pour chacune d’elles et en choisissant des galets de tailles et de couleurs différentes, car les victimes étaient de différents âges et de toutes origines.

ASH : Pensez-vous qu’il y a en France une certaine compassion envers Jérusalem et Israël face aux attentats dont nous sommes victimes ?

Tamar Abessira : Je préfère penser que oui et, de toute façon, penser que non ne changera jamais notre nature.

Nous avons un cœur et donnons sans attendre en retour ! Nous avons toujours plus donné que reçu.

ASH : Le discours d’Emmanuel Macron au Vel d’Hiv a rappelé la responsabilité de la France dans la rafle et l’extermination des Juifs. Pensez-vous qu’il était important  qu’après Jacques Chirac, un autre Président français réaffirme cette évidence?

Tamar Abessira : Il est plus qu’essentiel que le nouveau Président Macron reconnaisse l’entière responsabilité de la France dans la rafle du Vel d’Hiv. C’est une consolation certes, mais le mal est irréparable.Dommage qu’il nous ait fallu attendre 22 ans pour cela!

Le Président Macron a été fort et précis dans ses propos, je le cite :  » c’est bien la France qui a été  responsable de la rafle du Vel d’Hiv et de la déportation de 13 152 juifs dont 4200 enfants » et d’ajouter  » il n’y avait aucun allemand« .

A la fin de son discours, toute l’assemblée s’est levée et a longuement applaudi.

Sur place, à la fin de la cérémonie, une petite dame d’un âge avancé, décorée de l’Ordre du Mérite, s’est approchée de Monsieur Macron, au moment où je le félicitais pour ce magnifique discours et elle nous a brièvement raconté son histoire dont la conclusion était

la suivante:

« Monsieur le Président, mon mari et toute sa famille étaient au Vélodrome d’Hiver, et il fait partie des rares personnes à être revenues vivantes de ce voyage au bout de l’horreur, mais, sachez, cher Monsieur, que jamais, de toute ma vie, je n’oublierai  les paroles que vous avez prononcées aujourd’hui! Jamais »

Par la suite, au vu de l’essoufflement et de l’émotion de cette charmante dame, nommée,  Jeanine Anisten, je la fis asseoir et, avec sa permission, j’ai enregistré sur mon Iphone l’histoire  de son mari et de sa famille que j’ai publiée sur YOUTUBE.

ASH :La présence du Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou à cette commémoration a été critiquée par des politiciens et même par des journalistes qui estimaient que le Premier ministre de l’Etat d’Israël n’y avait pas sa place ! Avez-vous  également entendu des critiques ou des interrogations concernant votre présence en tant que représentante du maire de Jérusalem à cet évènement ?

F170716HZGPO07--Haim-Zach-

Tamar Abessira : La décision d’Emmanuel Macron, Président de la République Française, d’inviter le Premier Ministre israélien aux cérémonies de la commémoration de la Rafle du Vel d’Hiv a été critiquée uniquement par les mêmes ignorants qui crient depuis de nombreuses années que la Shoah n’est pas une affaire juive, des courtisans des islamo- palestiniens et des terroristes.

Pour ma part, je n’ai rien ressenti de négatif et j’ai été très bien accueillie.

Il faut avouer que ma venue au Vel d’Hiv a été moins médiatisée que celle de notre premier ministre!

ASH : Quel message la ville de Jérusalem peut-elle transmettre à cette France où l’antisémitisme et l’antisionisme se côtoient toujours au quotidien ?  Que retiendrez-vous avant tout de ce séjour chargé d’émotion ?

Tamar Abessira : Sous couvert d’antisionisme,  l’antisémite s’apparente aujourd’hui aux terroristes qui  massacrent des familles dans leurs foyers autour de la table de shabbat, ici sur nos terres, mais aussi en France et dans toute l’Europe.

Ce que le Président Macron a nommé « cancer » lors de son discours au Vel d’Hiv n’est autre que l’islam radical qui sévit sur le vieux continent et qui est le cousin, voire le frère jumeau de l’antisionisme !

Comme Jeanine, je me souviendrai toute ma vie de ce voyage et de ces deux cérémonies  pour  plusieurs raisons:

La première, c’est vraiment l’émotion intense  qui m’a envahie depuis le début de mon embarquement à Tel Aviv jusqu’à toucher terre à mon retour. J’ai plusieurs fois caché mes yeux derrière mes lunettes de soleil pour dissimuler  mes larmes.

La seconde, c’est que Monsieur Nir Barkat m’ait désignée pour aller représenter Jérusalem à deux événements de grande importance : pour la femme sioniste que je suis, aimant  son peuple, sa ville, et son pays, quelle fierté de porter le drapeau d’Israel, le drapeau de Jérusalem!

Et avouons-le, les échanges que j’ai eus aussi bien à Nice avec la première Dame Brigitte Macron ou avec le Président aux deux événements ont été très marquants. Et

j’ai cru sentir une réciprocité de leur part.

ASH : A l’heure où Jérusalem est encore sous les feux de l’actualité à cause des évènements du Mont du Temple, pensez-vous que la communauté internationale a malheureusement parfois le pouvoir d’imposer ses vues sur notre ville sainte et n’est-ce pas là un danger pour les citoyens israéliens que nous sommes ?

Tamar Abessira : En effet, nous venons de vivre des semaines de tensions très fortes et pour le moins inquiétantes, mais, permettez-moi de vous répondre très clairement : la communauté internationale exprime ses positions et c’est son droit! Encore faut-il être juste dans son analyse de la situation et là, comme vous le savez, ce n’est vraiment pas le cas.

Il y a un écart révoltant entre ce qui se dit en dehors de nos frontières et ce qui se passe réellement ici.

Sur le terrain, la municipalité de Jérusalem, son  Maire Nir Barkat en collaboration avec les forces de police, les services de l’Etat et le gouvernement dans son ensemble coopèrent totalement  pour garantir la sécurité des citoyens et des touristes de toutes obédiences qui se rendent quotidiennement sur tous les lieux saints de Jérusalem en toute liberté.

Nous continuerons à construire et vivre libres dans notre capitale  indivisible, Jérusalem, et à assurer la sécurité de chacun, c’est notre mission, nous nous y tiendrons avec l’aide de D’.

Permettez-moi de vous souhaiter d’ores et déjà à l’occasion du nouvel an à venir

Shana Tova BeYerousahalaim HaBnouya.

 

Photos: Flash90