Israël est magnifique mais un peu problématique

377

« Israël est magnifique mais un peu problématique »

Stéphane Legar, chanson tube de l’été « comme ci comme  ça »

 

En Israël, nous n’échappons pas à une tendance « bobo-gaucho » très en vogue, celle de personnalités  qui pensent avoir la science infuse et se permettent d’utiliser leur temps d’antenne pour faire passer des messages politiques. Dans ce cadre-là, les Gefen père et fils arrivent en tête du palmarès de l’indécence.

Après avoir comparé il y a quelques mois le combat anti-israélien de l’égérie palestinienne Ahed Tamimi à celui d’Anne Frank (oui, il a osé), le chanteur et compositeur Yonathan Gefen s’est permis ces dernières semaines d’établir un parallèle entre la loi Etat-Nation adoptée par la Knesset et une loi Nazie. Dans le même temps son fils, le chanteur  Aviv Gefen, s’en est pris de façon honteuse à un jeune olé hadach de France qui venait se présenter à une émission de télévision où Gefen fait  malheureusement partie du jury. Le jeune olé venu pour chanter a indiqué dans sa présentation qu’il habitait en Samarie et là,  la machine infernale à haine gratuite d’Aviv Gefen s’est instantanément mise en marche : « Sais-tu qu’à cause de toi, nos enfants ne pourront plus vivre dans ce pays d’ici quelques années …Je pense que nous accueillons aujourd’hui en Israël des messianistes qui sabotent toutes les chances de paix…. ».  L’Agence Juive et le ministère de l’Alya apprécieront!

Ces propos ont bien sûr suscité la colère de très nombreux téléspectateurs, et au niveau politique, la ministre de la culture Miri Regev et le Président du Conseil de Judée Samarie Yossi Dagan n’ont pas mâché leurs mots. Reste qu’aucune sanction ne sera prise à l’encontre de ces artistes qui se servent régulièrement de médias complaisants pour véhiculer leurs propos honteux.

Ces « humanistes » si prompts à disserter sur les habitants de Judée Samarie, sont en revanche totalement muets lorsqu’il s’agit de défendre les habitants du sud du pays. Peu leur importe que depuis trois mois des ballons incendiaires mettent le feu à des exploitations agricoles ou que des hommes femmes et enfants doivent passer des jours et des nuits à courir aux abris pour se protéger des roquettes. Les habitants du sud n’ont visiblement aucun intérêt à leurs yeux.

Au regard des évènements de ces derniers mois, on se demande même parfois si  le sud du pays ne serait pas le grand oublié de la  saison estivale.  Car le moins qu’on puisse dire c’est que le conflit avec Gaza traîne en longueur.  Certes on nous parle régulièrement de répliques de Tsahal, mais on ne peut que douter de leur efficacité, s’agissant bien souvent de bombardements sur des bâtiments vides. Les terroristes reprennent d’ailleurs inlassablement le même mode opératoire après chaque intervention israélienne.

Jusqu’à quand les habitants du sud devront-ils endurer cette situation? Nos services secrets qui sont capables d’aller voler 500 kilos de documents confidentiels en Iran ou de récupérer la montre d’Eli Cohen en Syrie, ne sont-ils pas capables d’éliminer les têtes mal pensantes du Hamas ? Chaque « cessez le feu » ressemble fort à des points marqués par les terroristes qui profitent en général des périodes d’accalmie pour se réarmer. Notre faiblesse ne nous honore pas et permet même aux ennemis de notre Etat de manifester ouvertement sur la place Rabin à Tel Aviv, drapeaux de l’OLP et drapeaux palestiniens en main en chantant « Par l’esprit et le sang, nous te libérerons Palestine » ! Pour ceux qui auraient raté cet épisode, ça s’est passé le 11 août dernier.

Jusqu’où allons-nous laisser aller les ennemis de notre Etat empoisonner notre vie pour ne pas faire de vagues ? Pas étonnant dans le contexte actuel que l’Europe soit allée jusqu’à échafauder seule avec l’Autorité Palestinienne, sans même en parler à Israël, un plan d’infrastructures routières pour relier la Judée Samarie à Gaza.

Nous sommes entrés dans le mois d’Eloul et nous avançons à grands pas vers la rentrée des classes. Les Seli’hot ont débuté dans les synagogues sépharades annonçant la venue dans quelques semaines des fêtes de Tichri. Le temps passe décidément de plus en plus vite et il faut déjà s’empresser de souhaiter une bonne fin de séjour aux vacanciers et surtout la bienvenue et une bonne intégration à tous les olim hadachim venus rejoindre notre magnifique pays cet été.

Yaël Lancri